SDCC 2006 REPORT / 4e partie

Je me baladais en chantant OUH LALA REGARDE CA T’AS VU ? Je ne parlais pas de Miss Janvier 2003 de Playboy qui tenait fièrement un stand (enfin 5$ pour un pola avec une bimbo, je préfère acheter des fanzines underground, chacun son truc). Pour la petite histoire, on est parvenu au bout du salon seulement le samedi, soit le 4e jour qu’on arpentait l’énorme Convention Center. Bon c’est sur qu’on est pas resté forcément longtemps dans les stands des comics à 1$ mais fallait au moins parvenir jusqu’au mur d’en face, soit à peu près à 400m du stand TOY TOKYO. Eh ouais, on a beaucoup trainé chez les TOY GROWERS forcément, mais aussi pas mal chez les éditeurs indépendants du milieu du salon, car c’était peut-être la que l’on pouvait apprécier la valeur et l’incroyable diversité d’un tel évènement. Parce que c’est bandant d’être indépendant il parait... Mais revenons à nos moutons, après avoir tiré le portrait des grosses forces en présence (voir Part 2 et 3), tâchons de rendre à César ce qui appartient aux autres. Hormis les sociétés précédemment citées, il faut bien reconnaître que tout le monde y trouve parfaitement son compte, notamment chez les fans qui ne dénigrent absolument pas traîner longuement chez les uns les autres. L’ambiance chaleureuse et l’affabilité des indés fait très plaisir à voir, dommage ils ne faisaient pas de sandwiches ni de tartes tatin, on serait bien restés une semaine de plus. Raymond Choy de TOY2R a eu quelques petits soucis au démarrage. En effet, déjà il n’avait pas un stand dédié, car seules les entreprises américaines ont le droit d’avoir un stand, il a du donc avoir recours au mécénat d’une toute petite société US dont on a oublié à la fois le nom et les produits proposés...mes excuses auprès d’eux... D’autre part, ses figurines exclusives ne sont arrivées qu’au 3e jour, ce qui a compromis les dédicaces prévues les deux premiers jours... Néanmoins une fois que les douanes eurent relâché les bestioles, le stand avait une meilleure allure, et vibrait au rythme des EGG BASEMAN, EGG SOTO, TOXIC BEAR ROSE ou ALPHONZO GID. L’incontestable petit plus, c’était la disponibilité des BABY QEE DIY. Assurément le toy parfait à faire customiser lors des dédicaces. On a très vite compris que ces petites sucreries allaient fleurir dès la rentrée un peu partout dans le monde. Le stand fut pour nous l’occasion de rencontrer JEFF SOTO, qui en plus d’être fort sympathique, était aussi très disponible et pas avare en jolis dessins sur nos sketchbooks. L’effet d’annonce en amont des exclus nous avait un peu coupé l’effet de surprise, mais les fans ont parfaitement trouvé leur compte. Juste à coté de TOY2R figurait le stand UNKLBRAND qui présentait leur nouveaux et anciens projets, dont une future collaboration avec Koh Yokoyama (le créateur des Maschinen Krieger) qui s’annonce très prometteuse. On a pu voir la nouvelle série des TINPO et également quelques choses interessantes en matière de toys. L’effort était néanmoins sur le reste des productions : tees, sérigraphies, peintures. Un moyen efficace de voir les capacités créatives des graphistes. A vous d’en juger. En face se trouvaient les stands de FUNKO (les Wacky Wobbler et compagnie ne nous fascinant pas plus que cela on a pas spécialement creusé, mais les énergumènes qui tenaient le stand étaient assez festifs), de CIRCUS PUNKS, mais aussi celui de ROCKETWORLD, les créateurs d’IWG. Avec un stand très militaire, ceux-ci nous ont permis d’apprécier de visu les nouveaux SASQUATCH prévus depuis quelques semaines. Deux versions : Brown et White, très sympathique. Ils nous ont également présenté la fusée des IWG, qui leur permettra de voyager au delà des nuages très prochainement. Continuons notre tour d’horizon : TOWER RECORDS, qui représente le toydesign en produisant régulièrement des exclus, avait choisi de prendre un stand assez gros surtout pour mettre en avant leur nom propre. On pouvait cependant acheter à peu près toutes les figurines estampillées TR qu’ils ont sorties jusque là...Rien de fou à signaler. Les créateurs des MIMOBOT, des clés USB customisées, avaient eux aussi un mignon petit stand ou l’on pouvait apprécier toutes leurs sorties et les nouveautés à venir dont une collab avec les Devilrobots. DKE TOYS n’est autre que le distributeur de tout un tas de toylabels, c’est pourquoi ces deux énormes vitrines étaient remplies à ras bord de tous types de figurines et de peluches. C’est notamment chez lui qu’on pouvait se procurer les CHESHIRE CAT version noir ou Orange, ou encore la version Sweet and Sour de EL PANDA. Plusieurs dizaines de figurines de sociétés américaines figuraient dans ses displays, il serait fastidieux de tout énumérer, mais disons qu’il y avait vraiment de quoi faire. Amusant de voir par ailleurs un des personnages des Pirates des Caraibes designé par SHAG... Plusieurs autres magasins avaient fait le déplacement, non pas pour vendre directement, mais plutôt pour présenter leurs productions et collaborations. C’est ainsi que nous avons pu connecter avec les fort sympathiques jeunes gens de Munky King qui ont ouvert récemment un second magasin sur Melrose à L.A. On sait depuis longtemps que LUKE CHUEH doit sortir le POSSESSED avec eux, mais malheureusement il n’était toujours pas dispo lors du salon. On a pu quand même admirer une nouvelle version Noire/dorée et l’on pouvait acquérir les petits diablotins qui virevoltent au dessus du chat, afin que Luke Chueh les customise patiemment et tous de façon très différente. C’est sur leur stand qu’on a pu en prendre plein les yeux avec deux customs de CAMERON TIEDE, dont un incroyable QEE 16 pouces dont mes yeux se souviendront longtemps. Last but not least, un projet vraiment inédit nous a été présenté et on a pas été déçu. Les PUSHER de THOMAS HAN s’annoncent dores et déjà comme une sortie très très attendue ! D’une taille raisonnable, les visages semblent interchangeables, mais les premières sculptures non peintes nous ont enchantés ! Vivement la suite. 4 versions seraient à l’étude. Le ptit webshop/fabricant ANDROID8 représentait également. On se souvient qu’ils avaient sorti les fantastiques SOURS de BRENDAN MONROE un peu plus tôt dans l’année, et on attendait la sortie d’une quatrième version, la ORANGE, qui devait être mise en vente lors du SDCC. Ce fut le cas, mais la déception fut énorme lorsque l’on vit le prix de 200$ annoncé pour une figurine qui n’a subi qu’une variation de couleur et qui sort à deux fois et demi au prix des précédentes. Grosse désillusion et bon nombre de fans en discutent encore sur les forums... Nous avons pu voir la figurine RUSTBOY de nos yeux vus, et c’est plutôt mieux qu ce que l’on imaginait. Vers la fin du salon, le stand a pu être orné d’un nouveau prototype tout a fait impressionnant. Il s’agit d’un toy de DANIEL JOHNSTON, qui n’est autre que la splendide grenouille qui trône sur la pochette de son fameux album HI, HOW ARE YOU ?. Nombreux sont les fans de Sir Daniel qui aimerait avoir cette crazy frog sur leur display. Un autre poids lourd en terme de shop c’était TOYTOKYO, qui eux, pour le coup, donnaient l’impression d’avoir déplace la totalité de leur magasin new-yorkais tant les produits disponibles à la vente étaient nombreux. Superbe sélection de toys US et asiatiques comme on pouvait décemment l’imaginer. Les exclus Bea@rbrick SCARY GIRL et CALLI étaient dispos chez eux, et les artistes de tous horizons venaient dédicacer à la chaîne. Une autre petite surprise était la présence d’Hiddy de SECRET BASE et de son équipe afin de présenter des exclus et autres Kaiju. Une table et une vitrine remplie de monstres trônait en bonne place sur leur espace. La classe japonaise ! GAMA-GO et FLOPDOODLE, les deux sociétés de TIM BISKUP se tenaient dos à dos sur deux stands de taille identique. GAMA-GO proposait la somptueuse TIGERLILY à la vente mais également une méchante sélection de tee shirts estampillés du YETI ou de bien d’autres illus. FLOPDOODLE proposaient les nouveaux toys de TIM BISKUP dont plusieurs CALLI aux nouvelles couleurs, mais aussi les CALLI en carton, très superflus, mais aussi les différents ouvrages de Biskup, un pull-over CALLI absolument superbe. Ils ont également proposé sous forme de loterie les GIANT POLLARDS hand painted qui font une vingtaine de centimètres et qu’on pouvait difficilement se procurer. Sans doute la figurine qui faisait le plus rêver...et la plus intouchable également... On finira demain ce tour d’horizon si vous le voulez bien.... SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC SDCC
Ecrire un commentaire