Blog

Retour
Interview PoOL
11 janv.
ARTOYZ
Interview PoOL

Découvrez PoOL en interview pour la sortie de Droopy Mouse sur Artoyz
D’un côté la Pop culture, de l’autre côté les Toys. La recette est simple, inventive

Artoyz : Hello PoOL . Quel plaisir de pouvoir faire cette interview ! Pourrais-tu nous donner les grandes lignes de ton parcours ?

PoOL : Arf je ne sais pas trop par où commencer... J'ai toujours aimé dessiner depuis mon enfance, j'étais attiré par les logos aussi, les formes, les couleurs ou encore mes jouets et leurs articulations. Ma mère peint en amateur également donc c'était familier de dessiner à la maison. J'ai grandi pendant les années 80 et 90 avec l'âge d'or des jouets mattel, kenner... et tout l'univers des dessins animés du club Dorothée, les minikeums... Je me rappelle que je dessinais de grandes scènes de combat sanglant avec des personnages très simplifiés, style bâton avec des châteaux, archer, des gars avec des épées etc... C'était une bonne manière de développer mon imagination je suppose car je ne jouais pas énormément avec mes figurines, c'était plus de la possession, je les trouvais belles et je les voulais pour les admirer. Puis dans les années 90 il y a bien sûr un mouvement qui a éclaté en France et particulièrement dans la banlieue parisienne : le Hip Hop ! D'abord pour ma part avec la musique puis je me suis intéressé au graffiti par la force des choses et ça m'a rendu dingue ! C'était une vraie révélation pour moi, je ne dessinais que pour le graffiti désormais...c'était tellement excitant....passé des nuits à parcourir les villes et voies à la recherche des meilleurs spots avec des amis... très bonne époque ! Mais la musique occupait aussi une grande partie dans ma vie. Quand il était temps de choisir quoi étudier après le BAC, j'avais un peu le cul entre deux chaises entre les dessins ou la musique. Durant mon adolescence, la musique était plus importante et j'y voyais plus d'opportunités, alors j'ai décidé d'y aller, de maîtriser les techniques du son pour devenir un artisan, un ingénieur du son. C'est aussi à cette époque que j'ai découvert beaucoup d'artistes et de mouvements artistiques. Pendant mes études supérieures, je ne dessinais presque plus, la musique utilisait tout mon temps. Mais quand j'ai eu fini, j'ai recommencé à dessiner et sur support numérique. C'était tellement plus facile et amusant, presque comme une révolution dans mes dessins. Et puis par la suite, partager tout ça sur instagram m'a apporté des opportunités pour cimenter tout ça. Aujourd'hui j'essaie d'allier mon temps entre mon travail d'ingénieur son - une partie de ma nuit - et le design la journée dans mon salon, qui est aussi mon atelier.

Artoyz : Tu crées aussi bien en 2D - avec tes illustrations - qu'en 3D avec tes toys. Quand as-tu décidé de passer le cap et de les réaliser toi-même ?

PoOL : J'ai commencé à collectionner des jouets (et des chaussures lol) lorsque j'ai commencé à travailler, principalement des jouets de mon enfance que je n'ai pas eu l'occasion d'avoir pour cause de budget (Tortues Ninja, Ghostbusters, He-man, Gi-joe ...). Les jouets sont une partie essentielle de ma vie, c'est une nostalgie positive qui me rappelle les bons moments de mon enfance. Puis dans les années 2010 j'ai découvert l'Art toy (aussi par votre biais), j'ai commencé à acquérir quelques pièces quand il a commencé à émerger ici. Bien plus tard, en 2017, je me suis alors dit : "Pourquoi ne pas essayer ?". Ce n'est pas vraiment les idées qui manquent mais la sculpture me faisait un peu peur ainsi que le moulage auquel je ne connaissais absolument rien. J'ai donc acheté de l'argile, de la Fimo et autre Sculpey et mes aventures ont commencé. J'ai créé la forme de base de mon "Greedy chicken" puis je l'ai travaillé avec des outils que j’avais en ma possession. Je me suis rapidement familiarisé avec les diverses techniques de modélisation et de moulage ! C’est un pli à prendre mais, comme tout le reste, c'était un processus d'apprentissage passionnant. Et me voilà avec des reproductions en résine de ma toute première figurine. J'ai alors créé un Bigcartel pour les mettre en vente sans vraiment trop y croire, c'était vraiment juste pour voir comme ça, sans aucune ambition... Lorsque j'ai vendu mon tout premier toy, c'était une telle sensation, ça m'a totalement motivé. Je me rappelle que c'était un collectionneur de Singapour. J'étais vraiment halluciné qu'à l'autre bout du monde, quelqu'un, s'était intéressé à mon modeste travail. Plus récemment et profitant du temps que nous a donné le confinement je me suis mis à la modélisation 3d sur Zbrush. C'était un vrai challenge mais je le conseille à tous les créateurs, ça ouvre les perspectives et je pense que c'est indispensable de bien connaître et de maîtriser les différentes techniques de fabrication. Faire des toys c'est comme un rêve devenu réalité, l'enfant que j'étais ne pouvait pas imaginer cela. C'est fou, je suis si fier de ça !

Artoyz : La pop culture semble être ton inspiration majeure, mais quelles sont les autres qui contribuent à créer ton style ?

PoOL : Je suis en effet essentiellement inspiré par les films, dessins animés de mon enfance. Mais aussi par des artistes contemporains, la mode, ma femme, mon chien...et mes figurines m'inspirent beaucoup également, parfois je les regarde, je joue un peu avec...ça me detend et me donne des idees.

Artoyz : On est aussi ici pour fêter ta collaboration avec Mighty Jaxx et la sortie de la figurine sur Artoyz. Quel beau Droopy Mouse ! Peux-tu nous raconter l'histoire derrière cette collaboration ?

PoOL : Oui je suis si fier de cette collab’ avec Mighty Jaxx. Je dois vous avouer que je suis d'abord un amateur des toys de Mighty Jaxx. Cela faisait quelques années que j'étais acheteur notamment des collab avec OKEH, Alex Solis, Jason Freeny ou encore Clogtwo. Un jour j'ai pris ma plume et je leur ai envoyé un mail avec quelques dessins que je voyais bien en vinyl toy...comme ça juste pour voir, en y croyant pas une seconde. 3 semaines après je reçois une réponse de la part du grand chef me disant qu'ils sont intéressés par mes créations et surtout le Droopy Mouse. J'étais comme un gamin !!! On a donc travaillé le design 3d ensemble et une figurine en est finalement née !

Artoyz : Entre l'illustration, les toys mais aussi le graffiti, tu es vraiment un artiste pluridisciplinaire. Que penses-tu des ponts et collaborations qui se multiplient entre les différentes disciplines artistiques ?

PoOL : Je pense que c'est l'air du temps de toucher un peu à tout. Et que les artistes cherchent à multiplier les supports sur lesquels ils peuvent s'exprimer. On peut le voir également dans la mode, plus particulièrement avec les sneakers où les collab sont légion. Les marques font appel aux artistes pour rendre leurs produits plus uniques et attractifs auprès du public. A l'inverse je bosse parfois avec des street artistes qui font appel à moi pour transformer leur travail en 3d pour en faire des figurines.

Artoyz : Instagram est une sorte de galerie sans limites où nombre d'artistes exposent leur travail. En quoi cela a permis de démocratiser le travail des Toys Designers et de créer un nouveau coup de projecteur en dehors des cercles de collectionneurs ?

PoOL : J'espère que ce n'est pas juste une mode. Il est vrai que l'on peut maintenant trouver des Bearbrick ou des Companion chez des personnes qui ne sont pas du tout intéressées par les figurines. Et c'est vrai que la visibilité qu'a permis les réseaux sociaux a contribué énormément à populariser tout ça. Quand on voit de beaux intérieurs, des villas, avec quelques beaux toys sur les étagères, ça donne envie aux gens et leur donne des idées pour décorer leur salons. Aujourd'hui ce sont des objets de "Déco Pop", une oeuvre d'art; et tout comme les sneakers, il y a une hype, des gens spéculent et certains toys prennent de la valeur. Ça permet aussi au gens d'avoir une oeuvre d'art d'un artiste qui'ils apprécient ou découvrent en n'investissant pas des milliers d'euros. L'Art toys est donc très populaire et n'est pas réservé à une élite comme peut-être l'art… Il y a aussi un côté addictif et on peut vite passer à la collection. Je parle en connaissance de cause mais malheureusement je n'ai plus de place dans mon appartement ce qui m'a obligé à freiner mes achats.

Artoyz : Quels sont tes projets à venir ?

PoOL : J'ai pas mal de projets en cours et à venir pour 2021, aussi quelques collab mais je ne peux pas encore en parler car rien n'est encore sûr. J'espere que 2021 sera plus propice que 2020 car avec le Covid-19, pas mal de projets ont été repoussés, retardés et j’ai eu aussi quelques projets annulés dû à des problèmes de licence, la bête noir des artistes pop. J'aimerais aussi autoproduire mes propres vinyl toys, par la suite, si je trouve la trésorerie car les fabriquer par moi-même (dans mon salon) en résine est un long processus, ce qui me limite à de toutes petites éditions, 10 à 30 pièces...et c'est frustrant...et j'aime trop les jouets en vinyl :)

Artoyz : Le mot de la fin ?

PoOL : Juste un grand merci à vous de participer à faire connaître ce mouvement en France qui est malheureusement encore très méconnu. Et hâte de voir ma figurine sur vos étales !


La figurine Droopy Mouse est disponible ici

Les produits associés
  • New Indisponible
    Droopy Mouse
    Mighty Jaxx
    Hauteur : 22 cm
    Univers : Mickey Mouse
    189,90 €
    Ajouter au panier