YO GABBA GABBA! vs GACHAPIN

YO GABBA GABBA!

Duel au sommet en ce début de semaine puisque nous avons reçu quasiment simultanément deux nouveaux produits dérivés qui sont issus d’un même univers : les programmes télévisés pour enfants.

D’un coté le funky fresh YO GABBA GABBA ! qui est diffusé depuis la fin de l’été sur la chaîne américaine NICK TV, produite par WILD BRAIN, et de l’autre l’intrigant GACHAPIN, série japonaise légendaire qui passe depuis plus de 15 ans sur FUJI TV.

Chaque génération a son GABBA, les vieux croûtons penseront aux Ramones et leur célèbre « Gabba Gabba hey » et les plus jeunes maintenant ont leur cri de guerre tout aussi efficace et minimal (voir la vidéo).

Les personnages de Yo Gabba Gabba ont tous leur spécificité, même le DJ fou 80’s DJ Lance Rock qui hoste le show et qui est encore plus dingue que les personnages je crois. Ils sont 5, de couleurs primaires ou adjacentes et ils s’appellent : Brobee, Foofa, Muno, Plex, et Toodee. Leur truc à eux c’est l’éducation et les bonnes manières par la musique et le rythme. Une bonne danse peut résoudre tous les problèmes. Demandez donc aux danseurs de Tektonik ce qu’ils en pensent.

GACHAPIN & MUKKU

Gachapin est un dinosaure vert avec des yeux mi-clos si tristes ainsi qu’une bonne flopée de kystes bizarres sur les mains (qui sont en fait des boules d’énergie lui permettant de voler, de nager sous l’eau et de braver les défis) et son pote Mukku est un yéti rouge très poilu avec la bouche constamment ouverte, une casquette neuneu et des yeux vides et brinquebalants et doté d'un appétit d’ogre.

Le truc de Gachapin c’est le sport, le défi physique, repousser ses limites, le dépassement de soi. Un truc pas super drôle sur le papier, mais dans un pays où le sport national est un duel entre deux beastiaux à la silhouette d'hippopotame au brushing impeccable, je comprends qu'on ait envie d'aiguiller les jeunes générations vers d'autres univers...

J’aime à penser que YGG puisse être le Teletubbies du nouveau millénaire, en moins con et plus drôle. Même si Sesame Street et le Village dans les Nuages ont marqué nos petits esprits, il est quand même bon de dépoussiérer les inusables classiques de la télévision stigmatisés à jamais par des pauvres intermittents dans des costumes débiles qui s’agitent bizarrement et nous poussent à reproduire leurs comportements excentriques dans nos salons en hurlant (et en bavant).

Je crois que je ne pourrais jamais m’en lasser...satanée régression de mes deux, tu peux pas me foutre la paix et me laisser lire Lacan ?

GACHAPIN KEYCHAINS

Casimir me foudroierait sur place si je lui disais que je lui préfère ses contemporains, mais c’est juste une question de rythme. Je crois qu’un bon beat à 160BPM a tendance à me réveiller davantage qu’une COMPTINE BEN OUAIS. La où Nicolas et Pimperonelle accompagnés de ce gros ours grillé arrivaient sans trop de soucis à remplacer les parents dans le rôle du marchand de sable, les gamins maintenant, tout extasiés au sucre et aux glucides saturés qu’ils sont, réagissent difficilement à moins d’un beat survitaminé et à des grosses basses qui fait claquer les tympans et ne vont pas se pieuter avant d’avoir vérifié que Marie Drucker dans Soir3 est toujours aussi sérieuse et sexy. YGG l’a bien compris. Qu’est ce que ça va donner avec les gamins nés cette année sous le signe de Justice. M’en parlez pas y en a au moins 5 autour de moi qui feront passer l’hyperactivité pour une récréation de l’esprit.

gachapin by devilrobots

Gachapin by PlaysetGachapin by Flame

En ce qui concerne les fameux produits dérivés qui, de toute façon, ne touchent que les parents puisqu’on ne peut pas encore distribuer des cartes de crédits aux mineurs (du moins dans notre pays, même si on s’en approche sans trop de mal de l’autre coté de la masse d’eau au large de la Bretagne), l’un débarque dans l’univers, l’autre n’a plus rien à prouver et en est déjà à sa phase de recrédibilisation par le marketing comme en atteste les keychains et peluches des deux personnages revus et corrigés par Devilrobots. A noter que Play set Products et Flame Graphics, deux collectifs japonais ont également relifté ces personnages pour le bonheur de milliers de machines à pinces dans les Game Center de Tokyo (2e et 3e images ci-dessus).

YO GABBA GABBA!

Les nouveaux venus sortent en figurines vinyles, de façon assez prévisible puisque Wild Brain, le producteur de la série, n'est autre que la société qui a pris le contrôle de Kidrobot à la fin 2006. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Le résultat est plutôt convaincant sans défaut majeurs à signaler et le rapport taille/prix est super raisonnable. Pour le coup la figurine est totalement aux normes, ce qui n’est qu’un prétexte de plus vers une longue glissade vers un public plus jeune comme Kidrobot nous le laisse entrevoir depuis quelques mois déjà. La où KR est en phase, c’est avec la tonne de sapes qui vont débarquer dans les semaines à venir avec des hoodies et des tee-shirts dans l’univers des personnages. Jusqu’ici rien d’anormal. Etant donné la constante progression de la qualité des fringues Kidrobot par rapport au tout début, on peut imaginer de la wear folle et bien coupée.

KR WEAR

KR WEAR

La encore c’est papa qui portera le hoodie mon petit, laisse moi un peu savourer le fait que tu me colles ce DVD pour la 17e fois en deux jours, et que ça puisse déteindre sur moi au bout d’un moment...

Ecrire un commentaire